sewatech - articles

Les nouveautés de WildFly 8

(Article publié le 14 février 2014)

WildFly est le successeur de JBoss AS 7. Concrètement, il s’agit juste d’un changement de nom, car la base de code reste la même. La vraie révolution a déjà eu lieu en 2011 avec JBoss AS 7 qui n’avait rien à voir avec ses prédécesseurs. Donc WildFly est le nouveau nom d’un projet qui a plusieurs années.

Voyons ce qui a changé par rapport à la version précédente.

Java EE 7

La première chose est le passage à Java EE 7. Les principales nouveautés sont :
- une API de messaging plus simple avec JMS 2,
- une API Batch pour écrire des traitements par lot, et qui ressemble à Spring Batch,
- les passthrough attributes de JSF pour assurer le support d’HTML5,
- les WebSockets,
- l’API client de JAX-RS,
- le parsing de JSON (le binding devrait arriver avec Java EE 8).

Pour la petite histoire, le composant qui implémente l’API batch s’appelle jberet. Ce nom faisait partie des propositions pour remplacer JBoss AS et avait perdu au profit de WildFly. Il a donc été recyclé. Une façon d’économiser le travail des juristes qui doivent vérifier la disponibilités de tels noms.

Ports

Le multiplexage de port permet de réduire le nombre de ports ouverts grace à l’http upgrade. De ce fait, il n’y a plus qu’un seul port d’administration, le 9990 et la plupart des flux applicatifs passent maintenant par le port 8080. C’est le cas évidemment du HTTP, des appels d’EJB ou des échanges de messages JMS.

Undertow

Tomcat c’est fini. Il était intégré depuis JBoss AS 3. Il a été remplacé par un conteneur Web fait maison qui s’appelle Undertow. Ce serveur peut être utilisé comme serveur Web autonome, avec ou sans l’API servlet, embarqué dans une application Java.

Droits d’admin

Auparavant, un utilisateur ayant accès aux interfaces d’administration avait le droit de configurer totalement JBoss AS. Dans WildFly, on peut affiner les droits offerts à chaque utilisateur, pour la consultation et/ou la modification de certaines parties de la configuration.

Le nouveau contrôle d’accès est basé sur des rôles. 7 rôles sont définis par défaut, allant du Monitor, qui n’a accès qu’aux informations de runtime et en lecture seule, au SuperUser, qui a tous les droits, comme c’était le cas pour JBoss AS 7.

Cette nouvelle fonctionnalité est associée à celle de l’Audit logging : toutes les opérations de gestion sont tracées.

Patching

L’application de gestion en ligne de commande, jboss-cli, a une nouvelle commande : patch. Cette commande permet de modifier ou d’ajouter des modules à un WildFly installé et démarré, que ce soit en local ou à distance. Toutefois, il ne s’agit pas d’une mise à jour du serveur à chaud puisque les modifications ne sont prises en compte qu’après redémarrage.

JBoss EAP

La marque JBoss est conservée pour les produits vendus, avec JBoss EAP. Pour l’instant, il reste sur la même version majeure, il Il n’y a donc pas de version EAP directement dérivée de WildFly 8 et il n’y en aura peut-être pas. Il est possible que EAP 7 soit basé sur WildFly 9. Pourtant, certaines nouveautés de WildFly 8 sont déjà présentes dans JBoss EAP 6.2. et JBoss EAP 6 continuera de s’enrichir avec les nouvelles fonctionnalités qui arriveront dans WildFly.

Formation

C’est chez nous que ça se passe ! Notre formation WildFly est disponible en même temps que la version finale de WildFly. Et la première session inter-entreprise est planifiée pour le 13 mai.

Précédent Suivant