sewatech - articles

JBoss est-il apte à la production ?

(Article publié le 6 décembre 2006)
Le question ne se pose pas pour un environnement JBoss dûment préparé, avec un sérieux travail de configuration. Il se pose par contre concrètement pour les configurations fournies par défaut.

Configurations par défaut

On peut aussi se poser la question différemment : lorsque JBoss livre son serveur d’application, à qui s’adressent-ils en priorité ?

Historiquement, JBoss s’est avant tout imposé chez les développeurs, de par sa légèreté, sa souplesse d’utilisation et sa facilité d’installation :
- on télécharge,
- on décompresse le fichier,
- on pose le fichier à déployer dans deploy,
- on lance le script run. Difficile de faire plus simple pour un serveur d’application certifié J2EE.

Le problème, c’est que dans un nombre significatif d’entreprises, la même procédure a été appliquée pour l’environnement de production. Si les performances de cette configuration par défaut peuvent être satisfaisantes pour une application peu gourmande, c’est du coté de la sécurité qu’il faut s’inquièter.

Performances

Du coté des paramètres de performances, les choses évoluent dans le bon sens au cours des versions. Ainsi, par défaut, JBoss est lancé en option Hotspot server, alors qu’en 4.0.2, il était encore lancé en client.

Du coté de la mémoire, les 128Mo maxi accordés lorsqu’on lance JBoss via le script run.sh (linux et unix) sont vraiment insuffisants. On peut demander au passage pourquoi sous windows, cette limite est placée à 512Mo alors que celle pour linux est longtemp restée aussi basse.

Dans la version 4.0.5, ces différences ont été gommée.

Sécurité

Parmi les aspects discutables dans la configuration par défaut, j’écarte les failles telles que celle citée sur le site JIRA de JBoss pour me concentrer sur des modifications considérées comme normales.

Tout d’abord, on constate que la console d’administration JMX est accessible sans aucune authentification. Lorsqu’on connaît les capacités de cette console, on se rend compte que cela revient à livrer les clés du serveur d’application.
La jmx-console permet non seulement d’arrêter une application ou le serveur, mais aussi de déployer des applications, sans avoir accès au système de fichiers ou accéder à des informations internes au serveur.

On notera aussi l’installation du http-invoker qui permet d’accéder aux composants EJB, JMX et à l’annuaire JNDI via http, sans authentification. L’accès à JNDI est évidemment autorisé en lecture !

Composants inutiles

Du coté des composants installés, cela ressemble plus à une foire ambulante qu’à un ensemble organisé et raisonnable. Certains composants semblent là uniquement pour être montrés.

Je pense par exemple à cette base de donnée HsqlDB, que JBoss conseille depuis toujours de retirer de l’environnement de production.

Je pense aussi aux différents invokers. Le http-invoker ne sert généralement à rien, de même que le pooled-invoker. A moins qu’on remplace le jrmp-invoker par ce dernier, comme c’est conseillé. Dans tous les cas, ils sont 3 pour 1 place.

Dans foire-demonstration, on peut citer aussi le HAR deployer qui sert à déployer des composants Hibernate 2 (la majorité des projets fonctionnent aujourd’hui sur Hibernate 3), le système de scheduler (utile, mais rarement utilisé) ou la panoplie de modules JAAS cités en exemple dans les application-policy.

Je ne les citerai pas tous, cela est mieux fait et plus détaillé dans l’article Tuning and Slimming JBossAS du wiki de JBoss.

Conclusion

Cette configuration par défaut est une compilation entre les fonctionnalités utiles en développement et des fonctionnalités de démonstration. On attendrait plus de simplicité et de rigueur dans une configuration de production. L’installation JEMS offre des possibilités intéressantes puisque plus de profils d’utilisation sont proposés, et les outils d’administration sont sécurisés par des simples cases à cocher.

Pourquoi JBoss ne proposerait-il pas une configuration ’prod’ en plus des 3 configurations déjà proposée dans ses packages zip ou tar.gz ?

La réponse est peut-être dans le modèle économique de JBoss : vendre du service. Si la configuration fournie en standard convient, les clients n’auront plus besoin ni d’accompagnement ni de formation. Finalement, je ne devrais peut-être pas me plaindre des choix qui sont faits...

Suivant